REFORMULATION BETWEEN RE-DIT AND NOT SAID

Abstract: The objective of this contribution is to study the phenomenon of reformulation by placing it in a contrastive framework where we will examine the discursive marker “that is to say” and its equivalent of the Tunisian Arabic dialect “macnȃ-hȃ” with its variant “macnit-hȃ”. Our choice of these connectors is not arbitrary. Despite the numerous studiesdevoted to this marker of French, its discursive polyfunctionality creates a certain hesitation as to the delimitation of its domain.

Keywords: re-said, unspoken, “macnȃ-hȃ”, “macnit-hȃ”, repeat, rephrase

Houda Ben Hamadi Melaouhia
UR: ATLL
Higher Institute of Languages of Tunis University of Carthage
e-mail:houdabenhamadi@gmail.com

  • Beeching K. 2001. La co-variation des marqueurs discursifs bon, c’est-à-dire, enfin, hein, quand même, quoi et si vous voulez : une question d’identité ? Langue française, Les marqueurs discursifs, 154:78-93.
  • Dostie G. & Pusch C.D. 2001. Présentation : Les marqueurs discursifs. Sens et variation. Langue française, Les marqueurs discursifs, 154: 3-12.
  • Gülich E, Kotschi T. Les marqueurs de la reformulation paraphrastique. In: Moeschler J, ed. 1983. Connecteurs pragmatiques et structure du discours; actes du 2ème Colloque de Pragmatique de Genève (7 – 9 mars 1983). Cahiers de linguistique française. Genève: Univ. de Genève, 5: 305-351.
  • Kanaan L. 2011. Reformulations, contacts de langue et compétence de communication : analyse linguistique et interactionnelle dans des discussions entre jeunes Libanais francophones, Thèse dirigée par Bergougnioux G. et Rougé J-L, Université d’Orléans. URL: https://halshs.archives-ouvertes.fr/ consulté le 2/ 2/ 2017. [Accessed Оctobre17 2018].
  • Laurence R. 2015ю Les marqueurs en C’est (X) dire. Langue française, Dire et ses marqueurs, 186: 49-64.
  • Marque-Pucheu C. 2015. Les paroles implicites : l’absence du complément direct dans les formulations avec dire. Langue française, Dire et ses marqueurs, 186: 123-137.
  • Murȃt M. & Cartier-Bresson B. 1987.C’est-à-dire ou la reprise interprétative, in Langue française. La reformulation du sens dans le discours, 73: 5-15.
  • Rossari C. 1994. Les opérations de reformulation : analyse du processus et des marques dans une perspective contrastive françaisitalien, Peter Lang, Berne, 225 pp.
  • Steuckardt A. 2015. Histoire de quelques correctifs formés sur dire. Langue française,186: 13-30.
  • Vassiliadou H. Gerhard-Kraït F. Lammert M. 2013. Quelle classe grammaticale pour les mots appelés connecteurs? L’exemple de c’est-àdire (que). N. Gettliffe et J.-P. Meyer (éds), Dans la carrière des mots, Mélanges offerts à J.-C. Pellat. Presses de l’Université de Strasbourg, Strasbourg, pp. 105- 122.
  • Vassiliadou H. 2013. c’est-à-dire (que): embrayeur d’énonciation, Semen, 36, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 10 décembre 2016, URL : http://journals.openedition.org/[Accessed Оctobre17 2018].